24/06/2008

les temoignages autres que le mien

On a testé :
les rencontres sur Internet !
/ retour 
 
 Passage à la réalité !
Le premier pas

Comme dans la vie, les femmes aiment se faire courtiser, les hommes sont plus entreprenants…

« Ce sont généralement les mecs qui font le premier pas, moi à chaque fois que j’ai essayé, ça n’a pas été concluant. Alors je les laisse venir ! On peut toujours « flasher pour eux », ils aiment bien être flattés, ensuite, c’est presque sûr qu’ils viennent te parler ! » Cassandre, 32 ans

L’avantage de certains de ces sites, c’est la possibilité de consulter la liste des personnes ayant visité votre profil. Consultez le profil d’une « proie » potentielle et vous pouvez être pratiquement sûre qu’il voudra vous connaître :
« Alors comme ça tu visite mon profil, coquine ! ». C’est comme ça que le beau Mikaddo à mordu à l’hameçon !
Les débuts de conversation sont souvent plats : « Ca va ? Tu fais quoi ici ? » Traduction : notre conversation pourrait-elle aboutir à une rencontre ? .

On parle de tout, de rien, et il suffit d’un détail pour que la conversation s’éteigne ou, au contraire, s’enflamme ! L’humour est une bonne carte, mais dangereuse, car pas toujours bien interprétée.


Sous le charme

2 heures de conversations plus tard, les yeux fatigués, le dos cassé… Mais le feeling est passé ! Chacun a livré un peu de sa vie, de ses envies. Il est temps d’aller se coucher, l’occasion de s’échanger les adresses email ou Msn, car « on n’est pas connecté à ce site tous les jours non plus ». Non, on n’est pas désespéré à ce point !

Et le lendemain c’est reparti ! Au boulot, à la maison, chez une amie…Le feeling passe, la séduction fonctionne. Au bout de quelques jours, on attend désespérément que l’autre lance l’invitation.

On tend des perches, Maladroit, il craint d’aller trop vite. Mais il finit par prendre son courage à deux mains et l’écrit enfin : « ça te dirait de prendre un verre ? » Pour ne pas trop le flatter vous faîtes durer, un peu mais pas trop. Deuxième pas en avant, c’est bien sûr l’occasion d’échanger les numéros de téléphone, au cas où on aurait du retard au rendez-vous, « mais non, non, on est très ponctuel en général ! »


Combien de temps avant le premier rendez-vous ?

Pas de délai prédéfini, c’est comme vous le sentez ! Si certaines ont besoin de connaître un peu plus la personne avant de franchir le pas, d’autres n’ont pas froid aux yeux et préfèrent vivre l’aventure à 100 % sans perdre une minute !

« J’aime bien quand ça va vite, pourquoi faire traîner si déjà physiquement on se plait et si on s’entend bien ? Ca m’est arrivé de rencontrer des garçons après quelques heures de discussion, et c’était les meilleures rencontres ! On n’avait pas eu le temps de se monter la tête, on se montrait vraiment tel qu’on était, c’était naturel ! Je ne suis pas pour les relations virtuelles, je trouve ça trop louche » Vanessa, 25 ans

« On a parlé 3 semaines sur Internet avant de se rencontrer vraiment. Je crois que tous les deux, on n’avait vraiment pas envie d’être déçu, alors on a préféré prendre notre temps. C’était très amusant, je guettais ma boîte mail, dans l’attente d’un petit mot doux, on s’était même fixé des rendez-vous quotidiens sur le chat pour ne pas se rater. Petit à petit, il m’a réellement séduit, rien que par ses mots, et puis c’est venu naturellement. » Valérie, 37 ans
Pour un premier rendez-vous, choisissez de préférence un lieu public, vous éviterez ainsi tout mal entendu, et si au lieu d’un Brad Pitt c’est un Jean-Claude Duss qui se pointe, vous aurez encore la possibilité de fuir !
 Le verdict !
Le dénouement

Le premier rendez-vous touche à sa fin. Le moment de la séparation va s’avérer déterminant. Amis ou amants ?


Le dilemme

Si la surprise à été bonne, que le feeling est bien passé, comment le faire comprendre à l’autre sans pour autant passer aux actes ?

Il nous plait, c’est une certitude, ou l’alcool peut-être… Et nous aussi sans doute, il ne serait pas resté si tard, il n’aurait pas acheté cette rose ringarde au vendeur à la sauvette…Petite réflexion rapide, on n’a pas fait la vaisselle de la veille, on a essayé 10 jeans avant de sortir, ils sont tous éparpillés un peu partout, peut-être mieux vaut en rester là… Bisou ou pas bisou ? Pour moi ce fut non ! Faut se faire désirer un peu quand même !

Nous voila rentrée, pleine de regrets jusqu'à ce que le téléphone affiche « un nouveau message » : un petit mot doux pour vous remercier de la soirée, « en espérant à très bientôt »… C’est dans la poche !
Pas de doute, le deuxième rendez-vous sera plus facile, Internet n’aura servi qu’à rapprocher, la vie fera le reste.


Le coup de foudre

« La première fois qu’on s’est vu, je suis tombée complètement sous le charme, c’était comme si on se connaissait depuis longtemps, pourtant on n’avait pas traîné pour se rencontrer. Au moment de se quitter, ça s’est fait tout naturellement, on n’a pas pu résister et on a passé notre première nuit ensemble, et ce n’était pas la dernière ! » Marie, 29 ans


Le choc de la réalité

Mais toutes les rencontres ne se passent pas aussi bien ! Internet réserve aussi son lot de déceptions, voire de désastres !

Scénario d’un ratage
« Je ne l’aurais jamais reconnu, rien à voir avec la photo sur le site ! Super déçue et vexée, je n’ai pourtant pas trouvé le courage de m’enfuir ! On a pris un verre, j’étais super mal à l’aise et lui aussi. Puis l’ambiance s’est un peu détendue, mais pas de doute, il ne me plaisait pas. Et je crois que c’était réciproque. On n’a pas trainé, et on s’est quitté en se disant qu’on se rappelait, mais ni l’un ni l’autre n’a rappelé ! J’avoue que ça m’a un peu refroidi concernant les rencontres sur Internet ! » Victoire, 22 ans

La glue !
«Le premier rendez-vous avait été assez catastrophique, je ne pensais pas qu’il rappellerait ! Face à face on n’avait plus rien à se dire, on avait bu un verre rapidement et on était rentré chacun de notre côté. Et voila que deux jours plus tard, il m’envoie un petit message. Polie, j’ai répondu, mais assez froidement. Et le lendemain, il m’appelle ! Cette fois je n’ai pas répondu, et il a insisté. J’ai fini par décrocher, il m’a proposé que l’on se revoit et j’ai prétexté que j’étais super occupée. Mais ça ne l’a pas découragé, alors un jour j’ai pris mon courage à deux main je lui ai dit que je ne comprenais pas, qu’on avait bien vu que le feeling n’était pas passé, alors autant en rester là. Il l’a assez mal pris et m’a presque raccroché au nez ! Il a essayé de rappeler ensuite mais je n’ai pas décroché ; Après quelques messages désagréables sur mon répondeur il a fini par se lasser ! Depuis, Internet, c’est fini pour moi ! » Anaïs 33 ans
 

17:07 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

je déblog(MISE AU POINT)

oui, tout ça n'est guère encourageant, ne donne pas vraiment envie d'aller se perdre dans les sites de rencontres

ERREUR

ces portraits sont un petit pourcentage d'un echantillonnage bien plus riche

les rencontres les plus belles, celles dont je ne parle pas, m'ont apporté des amitiés solides

des amours très belles

une richesse et un panel social bien interessant

JE NE CRACHE PAS DANS MA SOUPE

juste j'essaie de dire que même dans des rencontres insolites , il y a un côté drôle ou surréaliste

en tous cas, je ris en faisant ce blog et j espère que je ne donne pas une image trop négative des rencontres internet si vraiment je pensais qu'elles sont toutes des râtages, il y a belle lurette, que je ne serai plus sur aucun site

14:51 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/06/2008

SENS DESSUS.... DESSOUS

"carpe diem,"(voir poste sur les pseudos) que j'ai vu deux fois et qui m'a invitée à boire un café, s'impatiente...

il a payé sa contribution mensuelle au site, faut que ce soit un peu rentable

nous nous retrouvons donc dans l intimité et  il fait une telle fixation sur la lingerie dont il m'a parlé abondamment  que j'ai sorti  mes plus jolies dentelles

quand il arrive glorieusement , au seuil de la salle de bain, vêtu d'un slip dont l'elastique a mal supporté les tangages de la machine à laver et ressemble à un chewing gum trop mâché

quand au slip lui même, il a dû avoir des couleurs avant l'attaque des enzymes

je regarde mes jolies dentelles et mue par un sursaut de revolte, je me rhabille en moins de temps qu'il faut pour le dire

il n'a toujours rien compris au film, carpe diem...

 

15:24 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DANS LES CASES A REMPLIR DES PROFILS IL Y A

vous auriez aimé être :

un bon 50 pour cent des messieurs répondent

MOI (est ce de la suffisance ou un manque d'imagination, allez savoir)

ceux qui doivent commencer à voir leur drapeau en berne

 répondent

MOI EN PLUS JEUNE

aux questions

ce que vous aimez le plus?

ce que vous detestez le plus?

d'accord les questions ne sont pas très futées, mais les réponses ....

 

ce que vous aimez : la douceur, la gentillesse ( BEN MINCE ALORS QUI L EUT CRU)

Ce que vous detestez : la malhonnêteté (NONNNNN,)

il y a aussi un test

où bien des messieurs donnant libre cours à leur fantasme, insistent lourdement sur la lingerie feminine emoustillante

(voir ma PRECEDENTE histoire)

15:12 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

LES PSEUDOS FACILES A DECRYPTER

sur les sites de rencontre, on doit prendre un pseudonyme et les

CARPE DIEM

CARPE NOCTEM

se comptent par dizaines

pas de temps à perdre les bandes de " carpe", tout est dans le pseudo

à mauvaise entendeuse, saluuuuut

15:07 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2008

J AI MEME RENCONTRE APOLLON

APOLLON n 'a pas jugé utile de mettre sa photo sur le net, mais il m'assure au premier message que je ne serai pas déçue (ben tiens, on n'est jamais mieux servi que par soi meme)

le choix du pseudo dénote déjà d'un sérieux penchant pour la modestie

il se décrit donc:

bronzé, musclé, sportif , ouvert, curieux  et..... il aime les femmes libérées

(je traduis, il n'a pas de temps à perdre et il est certainement marié, mais il occulte ce petit détail)

il est souvent sur internet à des heures tardives et forte de l'expérience du mec torgnolé en direct, je me dis que ça doit être l'heure ou bobonne va se mettre au pieu

 il m'envoie des messages les uns derrière les autres, il est assez drôle et j'aime bien sa façon de tourner les choses en dérision

je lui donne donc rdv le lendemain

je le vois arriver  , APOLLON  doit frequenter regulièrement les salons de bronzage, il a la couleur d'un poulet fermier

joli sourire et salle à manger toute neuve ( en prothèse  la chine nous fait des miracles à bon marché maintenant)

le dentier est d'un blanc digne de persil antiredeposition

nous nous asseyons pour boire un petit verre et je vois à sa main une trace blanche à l'annulaire (ben oui, il l'a enlevée sa bague de mariache, on n'attrape pas les mouches avec du vinaig' comme on dit chez nous)

il me trouve délicieuse et fort sympathique et me propose de m'emmener diner

il a bien choisi le resto, il y a des chambres au dessus

il se fait de plus en plus caressant et soudain son mobile sonne, il a choisi comme musique "la marche nuptiale"

il répond

"cherie, je suis en réunion , je te rappelle dès que c terminé"

 sur cnn on dirait no comments

"LA TROMPERIE SI ELLE FAIT DINER NE FERA PAS SOUPER"

proverbe peul

 

 

 

14:50 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/06/2008

suite du feuilleton "homme d'affaires anglais"

9071913441nous disions donc que ce brave "homme d'affaires" venu me voir en autobus de londres et qui m'a paru quand même assez peu reluisant, s'est pris d'amour pour moi... pas étonnant, pendant son séjour, j'ai cuisiné et fait le chauffeur..(je conduis moyennement mais je cuisine très bien)

donc à son retour à londres, il m'appelle et la conversation coupe subitement

il m envoie un sms: "plus de batterie, please, please call me back"

pour autant que je sache, si la batterie est plate on ne peut ni donner, ni RECEVOIR de communications

je suis royale et je rappelle

là , comme par hasard, sa batterie vient d'enfourcher allègrement le lapin duracell (forcement c moi qui paye)

 un peu excédée, je lui dis que je ne suis pas millionnaire, il me laisse donc à mon triste sort

et m inonde d e mails énamourés

il veut me revoir au plus vite

dès que je resuggère l hotel, il se demande comment, lui qui veut passer SA VIE AVEC MOI APRES M AVOIR VUE UNE FOIS, nous allons pouvoir mettre ce projet audacieux à exécution si je l'envoie déjà à l hotel

il me raconte qu'il a deux maisons, une dans le sud de la france et l'autre à Los Angeles

mais en europe, il vit toujours en hotel, et c est une vie difficile

 j en déduis qu'il cherche un pied a terre dans la capitale de l'europe que je ne veux en aucun cas lui fournir

je le lui ecris

il me répond qu'il est riche et qu'il peut m entretenir si je veux

je lui dis : BONNE IDEE

il ecrit un peu moins

et royal, il rappelle

meme scénario, la batterie est plate

ce coup ci je ne rappelle pas, alors lui rappelle me disant je serai bref , je dois voir un client mais n oublie pas :"tu es la femme de ma vie"

ben oui moi aussi j'ai du sexe à piles mais elles sont plates....

 

END OF STORY

 

 

 

 

 

15:34 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

pour les jolies rencontres une chanson de mp BELLE

TU M CHAVIRES MP BELLE

Tu m'chavires
Tu m'attires
Je te veux
Tu m'chamboules
Je m'enroules
Y'a pas mieux
Tu m'emballes
J'me déballe
Sous tes doigts
Je frissonne
M'abandonne
Dans tes bras
Tu m'renverses
Tu m'inverses
C'est géant
Tu m'implores
Tu m'explores
C'est gênant
Tu m'allumes
J'me consumme
J'suis dans tous mes états
L'effet que ça m'fait ces jeux-là

L'amour ça va l'amour ça vient
Chaque fois qu'ça r'part ça revient
Ça fait du mal ça fait du bien
C'est animal mais c'est bien

Tu m'éclates
Tu m'épates
C'est bien toi
Tu m'inspires
Je transpire
J'suis plus moi
Tu m'impliques
Tu m'expliques
Je comprends
Tu compliques
Je panique
Tu reprends
J'te supplie
J'me déplie
Tu t'déploies
Tu m'imploses
Tu m'exploses
Quel exploit
Je m'applique
Tu m'appliques
Tout le kamasutra
Tu m'honores
Je m'endors
Tu r'mets ça

L'amour ça va l'amour ça vient
Chaque fois qu'ça r'part ça revient
Ça fait du mal ça fait du bien
C'est animal mais c'est bien

Tu inventes
Tu te vantes
J'en ai marre
J'overdose
C'est morose
Le plumard
Tu insistes
J'me désiste
J'ai tout vu
Tu m'ennuies
Tu me nuis
J'te salue
T'es parti
Je pâlis
T'es pas là
J't'aime encore
J'veux ton corp
Reprends-moi
J'suis tout' nue
T'es r'venu
T'es tout nu
J'en r'viens pas
Je rêvais de sauter un repas
J'suis tout' nue
T'es r'venu
T'es tout nu
J'en r'viens pas
L'effect que ça m'fait ces jeux-là
L'effect que ça m'fait...
L'effect que ça m'fait ces jeux-là

suzy
12-07-2007, 14:57:12

13:20 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

petit apparté

je ne parle ici que des rencontres dont je suis spectatrice

celles où les esprits se supperposent, ou le courant passe

je n'en parle pas

le velours ne se décrit pas

07:40 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2008

le péteux ucclois

imagesquelle allllllure

dès que je l'ai vu , j'ai fait bruxelles-knokke-place-m'as-tu-vu en un clin d'oeil

le pull négligemment jeté sur un imper genre bouvy

les pompes british

le casque de moto à la main droite et les clés à la gauche

l'oeil vert et la coupe tony and guy

LA TOTALE

on s'est assis pour boire un verre, il a enlevé sa veste chic et la chemise sentait à plein nez "façonnable last collection"

on a échangé quelques phrases, sa fatuité m'a plombée

il a même fait un procès à ses parents m'a t il dit parce que lui ne se laisse pas faire ; waW je suis epatée

son telephone à sonnerie hypersonique a sonné, moi j'etais sonnée par la discretion du truc

 il a lâché du bout des lèvres

"c est ma meilleure amie, elle m'appelle dix fois par jour"

une meilleure amie comme ça, ça doit être un peu encombrant

il a bu son vin blanc, a souri de ses magnifiques dents blanches

a essayé de prendre ma main qui était déjà occupée à triturer ma montre

je me suis dit

"faisons le parler de son metier"

et là j'ai pigé qu'il avait dû faire un gros héritage

la richesse est souvent loin des comptes en banque et du paraitre

et puis, tailler un costard à un homme aussi chic, c est du double emploi

 

 

19:26 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

barbara

 

Barbara

Mes hommes

Ils marchent le regard fier, mes hommes,
Moi devant, et eux derrière, mes hommes,
Et si j'allonge le pas, ils me suivent pas à pas,
Je ne leur échappe pas, mes hommes, mes hommes,

Où que je sois, ils sont là, mes hommes,
Je n'ai qu'à tendre les bras, en somme,
Je les regarde venir, fière de leur appartenir,
C'est beau de les voir sourire, mes hommes,

Moi qui suis fille des brumes, en somme,
De la nuit et de la lune, tout comme,
Quand j'arrive, le teint clair, moi devant et eux derrière,
Je comprends bien que les gens s'étonnent, s'étonnent,

Car, ils viennent de Tunisie, mes hommes,
Marseille, Toulon, le Midi, mes hommes,
Ils marchent avec insolence, un petit rien dans la hanche,
Ça ressemble à une danse, mes hommes,

Ils ne m'appelent Madame, mes hommes,
Mais, tendrement, ils me nomment, patronne,
Ils se soumettent à ma loi, je me soumets à leur loi,
Que c'est doux d'obéir, à mes hommes,

Tout d'amour et de tendresse, mes hommes,
M'ont fait une forteresse, mes hommes,
Non, vous ne passerez pas, c'est à eux, n'y touchez pas,
Ils sont violents quelquefois mes hommes mes hommes,

Ils se sont fait sentinelles, mes hommes,
Ils pourraient être cruels, mes hommes,
Ils me veillent, comme moi, je les veille quelquefois,
Moi pour eux, et eux pour moi, mes hommes,

Quand naissent les premières feuilles, d'automne,
Quand le chagrin se fait lourd, mes hommes,
Vont se mettre, sans un mot, debout, autour du piano,
Et me disent tendrement, patronne, patronne,

C'est fou comme ils sont heureux, mes hommes,
Quand le son du piano noir, résonne,
Ils vont faire leurs bagages, et on reprend le voyage,
Faut qu'ils voient du paysage, mes hommes,

Quand descend la nuit furtive, mes hommes,
A pas de loup, ils s'esquivent, personne,
Ils vont chasser dans la nuit, bergers, gardez vos brebis,
Qui ont le goût et l'envie, des hommes, des hommes,

Car, de la blonde à la rousse, mes hommes,
Ils vont coucher leur peau douce, mes hommes,
Et repartent dans la nuit, courtois, mais pas attendris,
Quand ils ont croqué le fruit, la pomme,

Ils reviennent au matin, mes hommes,
Avec des fleurs dans les mains, mes hommes,
Et restent là, silencieux, timides, baissant les yeux,
En attendant que je leur pardonne,

Ils ont installé mon lit, mes hommes,
Au calme d'une prairie, mes hommes,
Je peux m'endormir à l'ombre, ils y creuseront ma tombe,
Pour la longue nuit profonde, des hommes, des hommes,

Pas de pleurs, pas une larme, mes hommes,
Je n'ai pas le goût du drame, mes hommes,
Continuez, le regard fier, je serai là, comme hier,
Vous devant, et moi derrière, mes hommes.

(Barbara/Barbara

11:09 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2008

pourquoi on craque sur les messages intelligents


salut  Amitié  

marco (Id 816445) - 23 ans
Belgique / Bruxelles
Message reçu le 08/06/07 - 17:36
Message : anchanter suzy et vous vous etez tres belle jai jaimais vue une femme comme vous belle en dirais pas que vous avais 48 je dirais plutot 27.28 une manquine vous faite qoi dans la viee moi je suis coiffeur je vient de termer mes etude de coiffeur en juin passer est vouss biss repondd

18:44 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

le serial killer

un échange épistolaire d'une qualité littéraire digne des plus grands

et voilà que je suis séduite par A

A. deploie un talent fou pour envoyer des petits mots, rien n'est banal, chez lui

il arrive en trois phrases à m'emerveiller

rien d'étonnant , il est poéte et ecrivain, il a été publié et me fait part des titres de ses ouvrages, à ma demande

je veux aller en acquérir un ,mais il me dit gentiment que si je veux bien le rencontrer il me dedicacera son "dernier bébé", qu'il considère comme le meilleur

 mon amour du verbe me fait accepter l'invitation

je le rencontrerai dans un café la semaine d'après

 

le jour arrive et je dois abandonner une amie venue me rendre visite

comme c'est une première rencontre, je demande à mon amie de m'attendre

car un premier contact ne doit pas être trop long

 

j'arrive au café et mon regard est attiré par un homme échevelé à l'allure un peu effrayante

il a des yeux à fleur de peau et un regard bizarre

je m'approche et demande s'il est bien A

C est bien lui

les ondes qui s'en dégagent sont très très negatives , mais je m'assieds

un peu réticente

 

il me regarde  avec ses yeux de mouche et m'envoie en pleine face

" je ne vous plais pas n'est ce pas?"

gênée par cette constatation pour le moins abrupte

je réponds bêtement

"mais monsieur, laissez nous le temps de faire connaissance"

puis silence lourd

il reprend , agressif

"arrêtez de regarder par dessus mon épaule"

là je me dis qu'il "y a qq chose de pourri au royaume de danemark"

je prends congé pour aller me rafraichir et j'en profite pour appeler mon amie au secours

" s 'il te plait attends moi , lui dis je, j'ai la trouille"

il commande un porto

moi un coca

et j'embraye sur son livre qui est deposé face à lui

nerveux, il le signe et me l'envoie à travers la table, vide son porto

et s'en va

je suis coite

je n ose pas bouger , mais suis heureuse d'en être quitte

soudain je le vois passer

j'attends un peu et rentre chez moi, heureuse de retrouver un visage ami

là, mon amie me dit qu'il a déjà appelé deux fois

cet après midi là , il a retélephoné non stop jusqu'au soir où ne me supportant plus chez moi, je suis sortie

le manège s'est répété tard toutes les nuits,

j entendais sa respiration et plus rien

 

après un mois il s'est lassé

j'ai lu et relu son recueil de poèmes

c etait morbide mais sublime

voilà un petit moment, j'ai regardé sur le site de son editeur et là

j'ai vu qu'il pourrait être "LE DEPECEUR DE MONS"

je n'avais pas lu doctissimo avant et j'ai eu tort, l'affaire, si je puis dire, n'est jamais dans le sac

 

17:23 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ce que conseille doctissimo

I"nternet est devenu dernier le lieu branché pour draguer et les sites de rencontres se multiplient. Caché(e) derrière son écran, en quelques clics, on peut prendre le profil d'un apollon brésilien, dansant comme un dieu et parlant douze langues, devenir une sirène d'1 mètre 80, folle d'antiquité et de voyages… A moins de préférer rester soi- même…

Prêt(e) à trouver l'élu(e) de votre coeur ? Jetez-vous à l'eau, ils (elles) sont des millions à vous attendre. C'est simple : on s'inscrit, on surf pour découvrir les profils et les photos de ses prétendants, on s'envoie des petits mots de présentations soft comme dans la vraie vie… ou on se laisse aller à du plus osé ! Après tout, cela n'est que virtuel… au début !

Mode d'emploi !

En quelques clics, on remplit une fiche renseignements généralement assez complète.

On s'y décrit physiquement (taille, couleur des yeux, poids…), on donne quelques renseignement sur son style (BCBG, classique, sport…), son niveau d'études, ses loisirs, ses hobbies… Certains sites sont plus curieux que d'autres, mais vous n'êtes pas obligé de répondre aux questions de revenus, de religion… Evitez les pseudos trop suggestifs, qui en disent plus long sur votre personnalité que tout ce vous avez décrit par ailleurs.

Mesdames, de nombreux hommes vous écriront immédiatement en vous laissant leur adresse e-mail et leur numéro de téléphone. Sachez qu'en leur répondant directement votre adresse sera également visible. A éviter. Mieux vaut continuer à passer par le site de rencontres qui a le mérite de protéger vos coordonnées.

Si on vous fixe un rendez-vous, choisissez un lieu public, avertissez des amis de cette sortie et disposez de votre propre moyen de transport. Sans être parano, soyez prudente !"

17:03 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2008

les tigres aiment la chair fraiche

nous discutons de nos vies, quand vient le sujet de nos enfants

il en a deux, une fille et un garçon

il m'en parle de manière dithyrambique

il me demande la photo de ma fille dont je suis si fière :

la regarde et me dit familièrement :

"quand est ce que tu me la présentes?" avec un regard lubrique

ANOTHER ONE BITES THE DUST

 

 

16:54 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2008

les faux tifs ne sont pas coupables

imagesprincier, grand, port altier, coiffure soignée et tignasse incroyable pour un homme vieillissant

Jean Jacques a l'allure d'un james bond

je le vois arriver en me disant qu'il a vieilli bien joliment

on s'assied à une terrasse, il fait soleil, c'est bien agréable

il commande un vin blanc et le descend à la vitesse de l'éclair

j'ai peine à finir mon coca light

il relève son verre vide en direction du garçon

et le voilà resservi

ce petit manège a recommencé bon nombre de fois

la parole devenait pateuse

dommage car la conversation etait charmante

et concernait l'apologie, pour le moins passionnante de son ex

le genre de conversation qui vous valorise

et qui vous fait vous demander pourquoi vous êtes là

après avoir monopolisé "le crachoir" , il me dit , en forme de

reproche

"je ne sais rien de vous"

merveilleux non?

un sursaut d'altruisme inattendu

Il me demande si j'ai diné et m'invite dans le resto d'en face

là, il recommence à glouglouter de bon coeur et s'affale sur la banquette

en perdant beaucoup de sa superbe

la coiffure impeccable s est un peu décollée et la momoute a tendance à tirer sur la gauche

le masque tombe

et apparait la triste réalité

un verre ça va

........ verres, bonjour les dégâts

il m a rappelée souvent, je l'ai entré sur mon portable sous la rubrique helmoumoute

vive les abonnés absents et les chauves assumés abstinents

 

15:26 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/06/2008

ben oui, les sketches sont parfois moins vrais que nature

imagesCANU2TFUCompositeur : Guy Bedos - J.C. Vannier - 1972 - Label : Barclay

 

Paroles : S.D.: Qu'est-ce qui est collant ce type
J'dis rien parce que je n'veux pas faire de scandale
Mais alors quel pot de colle !
Y s'fait des idées ou quoi ?
J'ai accepté de faire cette série de slows avec lui
Pour pas faire tapisserie d'vant les copines
Mais alors... j'en vois plus l'bout !

G.B.: Mine de rien j'suis entrain d'emballer moi !
J'emballe, j'emballe sec
Allez ! vas-y Jeannot ! Attaque ! Attaque ! Ca marche ! Ca marche !
Accroche-toi Jeannot ! La nuit est à nous...

S.D.: Ca n'en finit pas !
Qu'est-ce que je regrette d'voir dit oui à c'type
En plus y s'est aspergé d'eau de toilette
Mon Dieu ! j'sais pas ce que c'est cette eau de toilette, mais alors...
Drôlement incommodant !

G.B.: Elle est pas mal ma cavalière
Elle est pas terrible, terrible, mais elle est pas mal
Pour une fois j'ai pas hérité de la plus moche
Y a pas longtemps j'me suis coltiné une géante toute la soirée
Au moins celle-là elle est à ma taille
Elle est pas terrible, mais elle est à ma taille

S.D.: Pas du tout mon genre ce garçon
Moi j'aime les grands blonds alors j'suis servie
Comme métèque on ne fait pas mieux
J'suis sûre qui doit être Libanais ou quelque chose...
Quelle horreur !
Et puis alors il me donne chaud à me coller comme ça
Et vas-y que j'te colle, et vas-y que j'te colle

G.B.: Dommage qu'elle ait les mains moites
Ça m'gène pas des masses, mais elle a les mains moites
C'est parce que je dois lui faire de l'effet
C'est l'excitation, ça !
J'vais lui mordiller le lobe de l'oreille
Si elle m'fout pas une baffe c'est qu'j'ai ma chance
Ouais ! C'est pas dans la poche ! Faut s'accrocher
Accroche-toi Jeannot

S.D.: Y m'a mordu l'oreille, y m'a fait mal ce con,
Il est con ce type
Ah ! et puis alors qu'est-ce qui cocotte !
Cette eau de toilette... nauséabonde
Si y avait pas les copines qui m'regardent
Comment que j'te planterais là
Mais ça Arlette et Josie j'vais pas leur faire ce plaisir
Elles en sont vertes de m'voir danser, malades de rage
Alors ça maintenant tant pis, j'vais au bout...
Mais alors on peut dire qu'ça me coûte

G.B.: Elle en peut plus, j'la rends dingue la poulette
Et encore j'n'ai pas sorti le grand jeu
Attend un peu que j'me déchaîne
Allez vas-y, vas-y Jeannot ! Emmène-la au ciel

S.D.: J'ai envie de vomir...
C'est la dernière fois que j'viens danser
Tant pis si j'coiffe Sainte-Catherine, mais alors !
Des excités comme ça merci bien

G.B.: J'vais lui griffer l'dos avec mon pouce
Il parait qu'elles adorent ça ces chiennes !
J'l'ai lu dans une revue spécialisée
On va voir c'que ça donne
J'vais partir du bas du dos et remonter jusqu'à la nuque

S.D.: Aie ! Mais il est givré ce mec !
Il vient d'me labourer la peau du dos avec son ongle
Tu parles d'un plaisir ! Moi qui ai un mal fou à cicatriser
C'est bien ma veine ! Il a fallu que j'tombe sur un sadique
C'est tout moi ça !
Vivement qu'ça finisse ce slow parce que j'suis au bord de l'esclandre

G.B.: Bien joué Jeannot ! Elle est à point là, elle est à point...
Y a plus qu'à porter l'estocade, allez vas-y Jeannot
Vas-y mon fils, il faut conclure maintenant

S.D.: Berk ! berk berk berk berk berk

G.B.: Et voila l'travail ! C'est pas si compliqué les gonzesses
Il faut savoir s'imposer, c'est tout...

15:57 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

philippe

je n'aimais déjà ni son accent liégeois à couper au couteau, ni son ton péremptoire, mais il m'invite à déjeuner dans mon resto favori, et si on me prend par les sentiments, je ne dis jamais non

je l'ai vu arriver de loin avec son style province, son blazer démodé depuis vingt ans (genre drapeau à damiers) et sa cravate gucci d'un mauvais goût prononcé

il porte des lunettes dior

IL s'avouait 55 ANS mais il les porte maaaal

visiblement il aime faire 'l homme sandwich" pour marques connues

ça place...

rien ne dépasse, il doit se laquer les tifs , pour achever la panoplie sixties confit dans sa jeunesse passée et trepassée

 

il m'a vue aussi, pas de chance

il m'embarque au resto où je me réjouis de manger mon gratin de fruits de mer pour faire passer la pilule

il s'assied en face de moi et me parle sans arrêt de ses immeubles et de ses locataires

j en ai plein les bottes

puis son gsm sonne et là je me rends compte qu'il vend des adresses fictives

quelle horreur

meme l idée du gratin ne me réjouit plus et heureusement car d'emblée il commande deux plats du jour,  du poisson, pour mon bonheur

je hais le poisson

mais ca ne le dérange pas , il va terminer mon assiette

il commande, classieux, deux pichets de vin , un demi rouge pour moi

un demi blanc pour lui

je ne bois qu un verre, il deplore d'avoir été si généreux et termine le pichet et mon plat dans la foulée

ET il fait ce que je supporte le moins à table : se curer les dents

il a un de ces cure dents en plastique qu'on faisait il y a vingt ans, qu'il sort d'un petit sac pour homme tout usé qui date de l'antechrist

il me dit qu'il vit avec sa tante , une tante merveilleuse qui lui choisit ses partenaires et ses vêtements(elle ferait mieux de s'abstenir, en tous cas pour les fringues) et qui cuisine pour lui, ils dinent ensemble tous les soirs à 19h

il en profite pour lire ses journaux et regarder sa tévé

re curage dentaire

j'ai peine à cacher mon émerveillement

il me dit aussi qu'il aime voyager

ah boooon

à teneriffe, en france

mais qu'il ne s'ennuie jamais car s'il deteste visiter , il prend toujours ses livres comptables avec lui

je le regarde bouche bée

il doit interpréter mon etonnement comme de l'admiration et il en rajoute une couche

oui dit il , pour aller chez les rastaquouères, ça non, je reste en europe

quelle belle ouverture d'esprit

re curage de dents

le repas terminé, il me dit qu'il a le temps encore deux heures

je m'empresse de lui dire qu'il faut que j'aille bosser

et là, il me demande de le déposer chez lui et... DE VENIR PRENDRE UN CAFE

la delicatesse poussée à son comble

je le raccompagne et lui dis que je DOIS PARTIR, il insiste lourdement, je regrette de ne pas avoir le siège ejectable de james bond

je le subis et là il me demande de l'embrasser

me disant qu'il va prendre congé , je lui colle un bisou sur la joue

ah noooooon pas comme ça dit il

ça c comme j'embrasse ma tante

 je vais arrêter là, pour ne pas faire gerber les amis qui viennent sur ce delicat blog

 

 

15:51 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

SONG OF THE DAY

AVEC MA GUEULE DE MEETICCool

LALALALALALALALALLA

07:43 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

suite du conte de fée tom cruise


il vient de me parler pendant une heure, c un mec à problème et à retroviseur
pas de temps à perdre mooooa
veut me revoir mais suis pas sure d avoir envie d'un type à casserole qui s'est fait envoyer chier et qui en a encore gros sur la patate
exit tom cruise(sorry tom croute) -brigitte fardot a donné

07:32 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2008

UN SOIR CHEZ DES POTES

un soir, à un diner chez des copains, inscrits au même site de rencontres que moi,

j'ai entendu des bribes de conversation

qui m'ont permis de me rendre compte qu'ils avaient tenu un fichier EXCELL Où ils comparaient nos talents horizontaux

y'a des claques qui se perdent....

20:54 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

allo mon Dieu, vous avez lu mon blog ou quoi?

ce soir, re blind date au musée du cinéma

c est romantique en diable, on refuse de s'envoyer des photos, mais on s'appelle tous les jours depuis 15 jours, on partage des lectures, des points de vue, tout cela au teléphone, juste dans le vibratoire des voix

 

on décide de se rencontrer, mais pour ajouter du mystère, on choisit un endroit désuet et charmant : le musée du cinéma

 

on a rendez vous à 18h mais je veux arriver avant lui et l'attendre au dernier rang

je passe une heure à me raidir les cheveux et à me faire belle, manque de bol, il pleut des cordes et je n'ai pas ni couvre chef , ni parapluie

je parque, pas trop loin du musée, mais j'arrive malgré tout, trempée comme une soupe

le cheveu ruisselle et le maquillage avec

un bonheur n'arrive jamais seul

le musée du cinoche a déménagé, une fois devant la porte close, je reçois un sms de mon chevalier pour m'en avertir (mieux vaut tard que jamais)

je m'achemine cahin caha vers la nouvelle adresse, prends mon ticket et m'enfonce au dernier rang dans la salle, comme convenu

ce soir, il n'y a pratiquement que des messieurs à la seance de 18h

des messieurs plus laids les uns que les autres, ce qui me fait sursauter à chaque apparition

il est déjà 18H 15 je me dis que j'aurais droit à un lapin

quand rentre un adonis au visage à la tom cruise

je me retourne, me disant que c'est trop beau

et.... c'est lui

le bon dieu ou mon ange gardien ont du lire l'histoire d'Enzo

aujourd'hui c'est un jour avec....

 SUITE DU FEUILLETON CRUISE

 il vient de me parler pendant une heure, c un mec à problème et à retroviseur
pas de temps à perdre mooooa
veut me revoir mais suis pas sure d avoir envie d'un type à casserole qui s'est fait envoyer chier et qui en a encore gros sur la patate
exit tom cruise(sorry tom croute) -brigitte fardot a donné

 

20:47 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

noiret et moi

Il ressemble etrangement à Philippe Noiret et moi j’ai toujours adoré l’élégance de Noiret, alors en regardant sa photo sur le profil , je me suis dit, que j’avais envie de répondre à son petit message.

Il  vit à PARIS, donc ce n’est donc  pas une prise de risque

 

On papote  et je lui demande pourquoi il contacte une Bruxelloise

Il me répond qu’il va s’installer à Bruxelles pour eviter de payer l’ISF (impot sur la fortune en France

Belle entrée en matière… enfin un mec qui va m inviter à diner, je ne vais pas devoir payer minablement ma part  comme j’ai dù trop le faire ces derniers temps

Vivent  les femmes libérées, portes dans la tronche et additions partagées, j’ai une autre idée du bonheur

Il m’appelle, il a une voix splendide grave et racée

Il viendra vendredi à bruxelles et me demande d’aller le chercher à son hotel et de reserver un resto de mon choix

Je reserve mon resto favori et je me dis que ce sera au moins ça de pris, forte de mes dernières expériences

J’arrive au bar de l’hotel, il est assis un verre de bourbon à la main  et un havane pendant au coin des levres ;il pourrait poser pour le punch planteur

Il porte un magnifique manteau en cashmere et une echarpe des quartiers chics

Je me dis que cela promet une soirée de bon ton

 

Nous arrivons au restaurant, il recommande un apéro et une bouteille de vin

Il « descend » l’apéro à la vitesse de l’éclair et entame largement la bouteille de vin avant l’arrivée des plats

 

Sa voix se fait plus forte dans le restaurant où nous sommes assis en pleine promiscuité , une fois la bouteille de vin vidée il tend la main et prend celle des voisins

 

En me disant , tonitruant

«  il faut savoir rire dans la vie »

Les voisins eberlués nous envoient  le sommelier pour dire que nous nous sommes trompés

 

Je deviens ecarlate et philippe Noiret se marre et continue à boire

J ingurgite mon gratin de fruits de mers le plus vite que je peux en me disant que je voudrais être ailleurs

Il commande un café, un pousse café, un limoncello

Mais où met il tout ça ?

L’odeur de son havane me donne la migraine et une envie irrepressible de sortir prendre de l’air

Il demande l’addition à ma grande satisfaction

Mais nous sommes venus dans ma voiture, je vais donc devoir reconduire Philippe »noir »  son hotel

Je m installe au volant et là il se rue sur moi, me bavant dessus et m inondant de son haleine avinée

Je me debats et lui demande de sortir de ma voiture

Il refuse

Je me dis que je suis entrain de payer l’isi

L impot sur l infortune

 

Je le redépose à son hotel

Il dégueule qq paroles incomprehensibles pour que je monte dans sa chambre

 

Je lui donne une claque magistrale

 

Trois jours plus tard , il me réecrit en me disant qu’il voudrait bien me rencontrer

ALZHEIMER en rit encore

Quand à moi , j’ai mis trois mois avant d’oser retourner au resto en question

15:09 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

trouvé sur un profil internet

le profil d'un monsieur sur internet

 

"je crois au coup de foutre"

à moins qu'il ne s'agisse d'une faute de  frappe

 

08:59 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

dedié à deux amis

une galaxie immense et deux étoiles qui se rencontrent dans la nuit pour écrire au fusain une page blanche de tous les possibles
des échanges de tendresse, une sensualité magnifique, des projets,
ils ont des enfants , ils voudraient fonder un home :
le rêve... un de ces bonheurs auxquels on croit et que l'on voudrait inconditionnel et long, long , long hors de notre triste société qui consomme et qui jette. Un bonheur construit et beau comme une cathédrale gothique!


mais les blessures de Roméo renvoient régulièrement Juliette au pays de l'insécurité , de l'amertune, de l'abandon

Juliette voudrait avoir confiance, mais Roméo est fugace et ses allers et retours plongent Juliette dans un triste univers, l'univers lamentable du rapport de forces

Celui dont on ne sort pas indemne et qui vous fait plonger chaque fois un peu plus bas dans la tristesse et le dépit

Mais le coeur a ses raisons et Juliette revient; mais à chaque retour,  la félure se fait plus grande

Roméo souffle le chaud et le froid et Juliette ne sait plus à quoi s'en tenir
alors, pour se protéger de la destruction, du cataclysme , Juliette pratique la politique de la terre brûlée, celle qui tue ou qui fait renaitre


Non Juliette n'était pas malade, seulement aimante et Roméo aveugle!

Il ne reste plus rien de tout ce bel amour, qu'un silence chargé d'incommunicabilité
que la lourdeur du silence
que deux solitudes
que l'inéluctable

08:57 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2008

le detail qui fait l homme

il a des yeux turquoise, comme la piscine au bord de laquelle il étire son corps bronzé et huilé d'alezan

il m'envoie un message pour me dire combien je lui parais interessante un de ces messages sans le moindre iota d'originalité et auquel je n'aurais pas répondu si son physique n etait pas si.... tentant

vive internet et l'immediateté, il me demande de me mettre sur messenger le soir pour que l'on puisse discuter et se voir (camera aidant)

arrive le soir , je me mets sur msn et il m interpelle, nous parlons longtemps

je le vois chez lui et je branche ma caméra aussi

c  est rigolo cette conversation filmée

SOUDAIN

vers minuit  j' aperçois,derrière son dos ,une silhouette feminine en chemise de nuit, un fantôme dont il n'avait pas fait mention, sa femme

 un veritable esprit frappeur qui lui a retourné une torgnole de derrière les fagots en live devant camera

 

CONCLUSION

il faut eviter de rentrer dans l intimité des hommes qui vivent dans des maisons hantées

 

 

 

00:31 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/06/2008

beresina

Son annonce : monsieur cultivé cherche dame aimant le theatre pour soirée partage

Parfait, voilà quelqu’un qui se donne la peine de proposer quelque chose

 

Contact. Rendez vous. Pièce de brecht. Soirée très prometteuse

 

Il vient me chercher, la voiture n’est pas reluisante , mais on ne peut pas tout avoir

On arrive au theatre, il m’ouvre la porte de la voiture et la reclaque sur ma main

Je ne savais pas que je yodlais, mais là je l’ai fait avec cœur ce soir là

 

Lui m’a dit

« j’ai une assurance » pendant que mes doigts bleuissaient

 

J’ai été ravie de savoir que mon chevalier servant etait  « assuré »

 

Nous avons terminé la soirée à l’hosto

 

Beresina, nougat, nougat et chocoolaaaat

 

07:02 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/06/2008

une jolie histoire de blind date

Nous nous parlions régulièrement sur le phone café, il se faisait appeler le "petit prince", il avait une voix chaude et vibrante comme une harpe
j'aimais nos conversations et j'avais de plus en plus envie de mettre un visage sur cette voix
séraphique

je le lui dit, alors il se crut obligé de m'avouer sa cécité...

je proposais que nous nous rencontrions et j'allais le chercher chez lui

il était beau , il avait des gestes un peu mécaniques, comme une marionnette, mais son visage était emprunt d'une douceur infinie et son sourire serein donnait envie d'ouvrir des portes
intimidée, je pris sa main et la mit sur mon visage, il promena la pulpe de ses doigts sur mes
yeux, puis délicatement descendit le long de l'arête de mon nez et contourna mes lèvres avec douceur. Ce moment me parut délicieux, don et découverte dans le silence de deux êtres de mondes différents
"j'ai les yeux noisettes" lui dis je en riant
il répondit
"oui, je sais"
alors je me mis à me décrire physiquement,
il répondait à tout
qu'il savait
avait il des lfibres optiques au bout des doigts?

j'avais fait un repas, je le pris par le bras pour le mener jusqu'à la table .
Pendant la traversée hasardeuse de mon living surchargé de bibelots, je craignais le pire.
"ici , c'est un veritable souk, lui lançais- je
il y a des tas d'objets qui racontent les histoires de tous mes voyages, de tous mes marchandages, de toutes mes folies
le sol est couvert de tapis et les murs de broderies thailandaises
près du divan marocain, se trouve un narguilé, nous le fumerons tout à l'heure, si tu veux

près de la table, fais attention de ne pas trébucher, il y a mon chevalet, en équilibre instable, comme moi"

il sourit et me dit
"ca sent une épice que je n'arrive pas à determiner"
"c'est de la cardamone" répondis je
" je n'en ai jamais goûté, mais je suis curieux " dit -il
il s'assit et s'appuyant aux bras de la chaise.

J'avais peur d'en faire trop, trop de sollicitude l'eût sans doûte vexé
je servis le repas indien

"c'est du poulet makan wala, une spécialité du rajastan
on fait mariner le poulet dans du yaourt pendant deux heures
puis on le fait frire dans du beurre et du lait de coco, on y ajoute du jus de citron , de la cardamone, de la cannelle, des feuilles de carry "

"humm,"

répondit il sobrement


il mangea en poussant tout son repas vers l'aile de son assiette
ses gestes étaient agiles et extraordinairement précis

lorsque vint le moment de le reconduire chez lui, je me trompais de chemin
et me demandais avec angoisse comment j'allais m'y retrouver
Il dut percevoir mon inquiétude
"où sommes nous ? demanda t il,
" dans le tunnel de la rue de la loi
" c'est trop loin "
alors avec une précision d'horloger , il me guida jusqu'au seuil de sa porte
et j'eus l'impression d'y voir moins clair que lui

14:15 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

les rita mitsouko

Valérie s'ennuyait
Dans les bras de Nicolas
Mais Nicolas, celui-là
Ne le savait pas
Isabelle a attendu, attendu
Mais Patrick n'est jamais reparu

Les histoires d'A
Les histoires d'amour
Les histoires d'amour finissent mal
Les histoires d'amour finissent mal en général

Michel aimait Gérard
Et Gérard le lui rendait si bien
Qu'à la fin ça ne rendait rien
Evelyne toute sa vie attendit
Que le monsieur en gris lui sourit

Gilbert partit en voyage
Juste au moment de son mariage
Hector est mort en faisant une fugue
Il allait retrouver Gertrude
Simone et Tom s'engueulaient
Dès que vingt et une heures sonnaient

Les histoires d'amour finissent mal en général
Les histoires d'amour finissent mal en général
Les histoires d'amour finissent mal en général
Les histoires d'amour finissent mal en général

12:15 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/06/2008

sweden o point

il se prénomme Lars , il est suedois,

comme il est depuis peu à bruxelles, je propose d'aller le chercher à une station de métro

il pleut des cordes, de loin je l'aperçois sous son parapluie

je klaxonne et le voilà embarqué

nous cherchons un café et après avoir parqué la voiture, je le vois ouvrir son parapluie

nous marchons cote à cote et il garde bien SON parapluie au dessus de SA tête,

j'ai juste le droit de ramasser toutes les gouttes qui tombent des baleines sur mes pauvres épaules dénudées........

 

 

 

15:40 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |