08/06/2008

une jolie histoire de blind date

Nous nous parlions régulièrement sur le phone café, il se faisait appeler le "petit prince", il avait une voix chaude et vibrante comme une harpe
j'aimais nos conversations et j'avais de plus en plus envie de mettre un visage sur cette voix
séraphique

je le lui dit, alors il se crut obligé de m'avouer sa cécité...

je proposais que nous nous rencontrions et j'allais le chercher chez lui

il était beau , il avait des gestes un peu mécaniques, comme une marionnette, mais son visage était emprunt d'une douceur infinie et son sourire serein donnait envie d'ouvrir des portes
intimidée, je pris sa main et la mit sur mon visage, il promena la pulpe de ses doigts sur mes
yeux, puis délicatement descendit le long de l'arête de mon nez et contourna mes lèvres avec douceur. Ce moment me parut délicieux, don et découverte dans le silence de deux êtres de mondes différents
"j'ai les yeux noisettes" lui dis je en riant
il répondit
"oui, je sais"
alors je me mis à me décrire physiquement,
il répondait à tout
qu'il savait
avait il des lfibres optiques au bout des doigts?

j'avais fait un repas, je le pris par le bras pour le mener jusqu'à la table .
Pendant la traversée hasardeuse de mon living surchargé de bibelots, je craignais le pire.
"ici , c'est un veritable souk, lui lançais- je
il y a des tas d'objets qui racontent les histoires de tous mes voyages, de tous mes marchandages, de toutes mes folies
le sol est couvert de tapis et les murs de broderies thailandaises
près du divan marocain, se trouve un narguilé, nous le fumerons tout à l'heure, si tu veux

près de la table, fais attention de ne pas trébucher, il y a mon chevalet, en équilibre instable, comme moi"

il sourit et me dit
"ca sent une épice que je n'arrive pas à determiner"
"c'est de la cardamone" répondis je
" je n'en ai jamais goûté, mais je suis curieux " dit -il
il s'assit et s'appuyant aux bras de la chaise.

J'avais peur d'en faire trop, trop de sollicitude l'eût sans doûte vexé
je servis le repas indien

"c'est du poulet makan wala, une spécialité du rajastan
on fait mariner le poulet dans du yaourt pendant deux heures
puis on le fait frire dans du beurre et du lait de coco, on y ajoute du jus de citron , de la cardamone, de la cannelle, des feuilles de carry "

"humm,"

répondit il sobrement


il mangea en poussant tout son repas vers l'aile de son assiette
ses gestes étaient agiles et extraordinairement précis

lorsque vint le moment de le reconduire chez lui, je me trompais de chemin
et me demandais avec angoisse comment j'allais m'y retrouver
Il dut percevoir mon inquiétude
"où sommes nous ? demanda t il,
" dans le tunnel de la rue de la loi
" c'est trop loin "
alors avec une précision d'horloger , il me guida jusqu'au seuil de sa porte
et j'eus l'impression d'y voir moins clair que lui

14:15 Écrit par miss teint guette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.